IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
 [Débat] Le manifeste du hacker, Aucune technique de hack ici !
Hironos
posté Dec 3 2011, 16:09
Message #1


Le seigneur des spartans !
Icône de groupe
Groupe : Membre
Messages : 66
Lieu : Nord, 59

Gamertag : Legend Hironos



Bonjour, j'ai récemment lancer le sujet sur Xbox passion qui a été relativement bien prit par cette communauté, j'ai fait mon stage d'observation dans une entreprise de sécurité informatique, j'ai appris pleins de chose et tout et j'ai voulus approfondir tout ça.

J'ai trouver 3 "textes" ou plutôt manifeste qui, selon moi, retrace bien et dit bien ce qui se passe dans le monde actuel. Voici les différents textes:

Citation
Ce qui suit a été écrit peu après mon arrestation...

La conscience d’un hacker

Un autre a été pris aujourd’hui, c’est dans tous les journaux. « Un adolescent arrêté dans un scandale de crime informatique. » « Arrestation d’un Hacker après des tripatouillages bancaires. »

Saleté de gosses. Tous pareils.

Mais vous, dans votre psychologie trois-pièces et dans votre technocervelle des années 50, avez-vous jamais regardé derrière les yeux du hacker ? Est-ce que vous vous êtes jamais demandé ce qui le déclenche, quelles forces lui ont donné forme, qu’est-ce qui a bien pu le modeler ?

Je suis un hacker, entrez dans mon monde...

Mon monde est un monde qui commence avec l’école... Je suis plus intelligent que la plupart des autres gosses, ces conneries qu’ils nous apprennent m’ennuient...

Ces fichus élèves en situation d’échec. Ils sont tous pareils.

Je suis dans un collège ou un lycée. J’ai écouté les profs expliquer pour la quinzième fois comment réduire une fraction. Je le comprends. " Non, Mme Smith, je n’ai pas montré mont ravail. Je l’ai fait dans ma tête... "

Fichu gosse. Il l’a probablement copié. Tous pareils.

J’ai fait une découverte aujourd’hui. J’ai découvert un ordinateur. Eh attendez, c’est cool. Il fait ce que je veux qu’il fasse. S’il fait une erreur, c’est parce que j’ai merdé. Pas parce qu’il ne m’aime pas...

Ou qu’il se sent menacé par moi...

Ou qu’il pense que je suis un petit malin...

Ou qu’il n’aime pas enseigner et ne devrait pas être là...

Fichu gosse. Tout ce qu’il fait, c’est jouer à des jeux. Tous pareils.

Et ensuite, c’est arrivé... une porte s’est ouverte sur un monde... on envoie une pulsation électronique, qui fonce le long des lignes téléphoniques comme l’héroïne dans les veines d’un drogué, on recherche un refuge contre les incompétences quotidiennes... on trouve une planche de salut...

« C’est ça... c’est là qu’est mon appartenance... »

Je connais tout le monde ici... même si je ne les ai jamais rencontrés, je ne leur ai jamais parlé, n’entendrai peut-être jamais plus parler d’eux... je vous connais tous...

Tu peux parier, y’a pas à tortiller, qu’on est tous pareils... à l’école, on nous nourrissait à la petite cuillière de blédine pour bébé alors que nous avions faim de steack... les bouts de viande que vous nous refiliez étaient prémâchés et sans goût. Nous avons été dominés pas des sadiques, ou ignorés par des apathiques. Les quelques-uns qui avaient quelque chose à nous apprendre trouvaient en nous des élèves pleins de bonne volonté, mais ce petit-nombre là, c’était comme des gouttes d’eau dans le désert.

Voici notre monde maintenant... le monde de l’électron et de l’interrupteur, la beauté du bit. Nous utilisons un service déjà existant sans payer pour ce qui pourrait valoir des clopinettes si ce n’était pas administré par des gloutons profiteurs, et vous nous traitez de criminels. Nous explorons... et vous nous traitez de criminels. Nous cherchons le savoir... et vous nous traitez de criminels. Nous existons sans couleur de la peau, sans nationalité, sans parti pris religieux... et vous nous traitez de criminels. Vous construisez des bombes atomiques, vous faites la guerre, vous tuez, vous trompez et vous nous mentez et vous tentez de nous faire croire que c’est pour notre bien, mais c’est nous les criminels.

Oui, je suis un criminel. Mon crime est celui de la curiosité. Mon crime est de juger les gens pour ce qu’ils disent et pensent, pas pour ce qu’ils ont l’air. Mon crime est d’être plus fort que vous, ce que vous ne me pardonnerez jamais.

Je suis un hacker, et ceci est mon manifeste. Vous arrêterez peut-être cet individu-ci, mais vous ne pouvez nous arrêtez tous... après tous, nous sommes tous pareils.

Ecrit le 8 janvier 1986 par The Mentor
J'ai aussi "L'étique du hack moderne" :

Citation
Les hackers sont une espéce d’humains (ou d’aliens) qui utilisent la technologie de maniére créative pour continuer à « apprendre en faisant » dans le domaine de la technologie. Le hack est bien plus que le simple plaisir de prendre le contrôle d’un ordinateur tenu par des gens qui ont dépensé beaucoup d’argent et d’années d’étude pour être capables de diriger ces machines.

Il faut voir le « plaisir de déconner avec les ordinateurs de l’armée américaine » éprouvé par des 14-17 ans dans le contexte de la situation sociale de teenagers que le football ou la discothéque n’amusent pas, mais qui se sentent réussir quelque chose en explorant des systémes informatiques. Les ordinateurs leur semblent simplement plus sexy que les filles maquillées qui regardent de haut leur insécurité - et plus faciles, en tout cas, à maîtriser. Mais le hacking a aussi un côté sérieux - qui n’a pas grand-chose à voir avec la fascination de la technologie. Il croit en la liberté de l’information.

Entre ces deux faces du hacking, se tient la compréhension de la technologie - celle du systéme téléphonique ou des ordinateurs en réseau. Une compréhension qui inclut évidemment la compréhension des objectifs de la technologie. Les ordinateurs n’ont jamais été faits pour garder l’information secréte. Ils ont été conçus pour traiter, distribuer et organiser l’information - pas pour la cacher à quelqu’un. Il s’est passé la même chose avec le téléphone ; on l’a inventé pour que les gens se parlent. Ensuite est venu le compteur d’unités - une technologie « ajoutée ». Comme on a ajouté des logiciels aux ordinateurs pour éviter que tout le monde puisse accéder à une information.

Le « hacking » devient plus sérieux quand il se base sur ce bon côté de la technologie pour en tirer un programme politique - nous entendons par là l’organisation active de la vie, et non la [BLAM!] qu’on nous fourgue aujourd’hui sous le nom de politique. L’éthique du hacker a été créée au MIT, et comprend six régles :

L’accés aux ordinateurs - et à tout ce qui peut nous apprendre comment le monde marche vraiment - devrait être illimité et total.
L’information devrait être libre et gratuite.
Méfiez-vous de l’autorité. Encouragez la décentralisation.
Les hackers devraient être jugés selon leurs oeuvres, et non selon selon des critéres factices comme la position, l’âge, la race ou les diplômes.
On peut créer l’art et la beauté sur un ordinateur.
Les ordinateurs sont faits pour changer la vie.

Il n’est pas nécessaire de lire Hackers, le livre de Steven Levy, pour réaliser que c’est l’esprit des années 70 qui souffle dans ces principes. Au MIT, le besoin de libérer l’information répondait à un besoin pratique de partager le savoir pour améliorer les capacités de l’ordinateur. Aujourd’hui, dans un monde où la plupart des informations sont traitées par ordinateur, ce besoin est resté le même - mais il s’étend à tous ceux qui vievent sur cette planéte et ont l’intention d’y faire quelque chose, plus seulement aux fondus de l’ordinateur !

Le hack était (et est encore) la meilleure solution à un probléme - exprimé dans un trés court code de software (« software » contenu dans le cerveau humain inclus). « L’information est le pouvoir » est une réponse un peu trop facile pour expliquer le désir de rendre toute l’information libre. Mais la pensée anarchiste (au sens où les choses pourraient trouver leur ordre sans recours à des structures d’autorité) qui vise à agrandir la capacité d’action en donnant l’information au peuple joue un grand rôle dans le jeu du hack. Les services secrets sont les ennemis naturels du hacker - parce qu’ils institutionnalisent le secret d’état. D’un autre côté, il existe aussi un besoin de protéger la vie privée dans une société d’information - en utilisant la cryptographie. La version actuelle des principes du hack a donc deux régles de plus, qui prennent en compte le nouveau rôle des ordinateurs dans la société :

Ne jouez pas avec les données des autres.
Favorisez l’accés à l’information publique, protégez le droit à l’information privée.

Le hacking est bien plus qu’une simple connaissance de la technologie. Parvenir à se procurer une information qu’on ne veut pas donner au public, et la diffuser largement, c’est aussi cela, être un hacker.


Et:

"La conscience d'un cracker":
Citation
Ils disent qu’un nihiliste est une personne qui renie les valeurs. Ce n’est pas tout à fait vrai. Un nihiliste est quelqu’un qui renie certaines valeurs, et en construit de nouvelles. Quelqu’un qui ne fait que renier les valeurs, et ne veut que détruire la société, est plutôt un anarchiste, ou un pur et simple vandale, un prophète de l’absence de valeurs. Pour moi, je préfère me dire adhérent de la philosophie Zen, le faillibilisme, ou tout simplement : une personne qui croit qu’il n’y a pas d’entités fixes telles que le « Bien », le « Mal » ou la « Propriété Privée », tous concepts qui ne sont que des constructions momentanées de l’esprit humain. Je suis du côté de Nietzsche, en un sens, mais je veux aller au-delà de Nietzsche, car le nihilisme est toujours créatif.

Ils disent que les crackers sont des cafards maléfiques qui veulent ruiner les compagnies de logiciels et voler les sous qui reviennent aux malheureux programmeurs. Moi, ce que je dis, c’est que l’information est à tout le monde, comme l’air qui nous entoure, et que personne n’a le droit de la mettre derrière des murs. Si vous pensez que les crackers ne sont qu’une bande d’anarchistes prêts à tout mettre à feu et à sang parce que ça les amuse, vous vous trompez du tout au tout. Nous sommes en fait bien pires que ça.

Nous mettons à bas, oui, mais nous en sommes fiers, et nous le faisons parce que nous devons le faire. Quelqu’un doit libérer l’information. Je ne hack pas parce que je hais la société, mais parce que je l’aime et que je souhaite qu’elle évolue. Je considère le hack comme une action hautement politique, et je suis fermement convaincu qu’il est JUSTE de hacker !

Maintenant vous êtes troublés. Laissez-moi encore vous expliquer.

Cette année, en 1995, je peux entrer dans n’importe quelle bibliothèque, prendre N’IMPORTE QUEL livre, aller à la photocopieuse et copier toutes les pages si je le souhaite. Tout ceci est parfaitement légal, au moins ici en Suède. L’Etat suédois (comme beaucoup d’autres) a décidé que ses citoyens avaient le droit de copier des livres.

Maintenant, je rentre à la maison. Je regarde mon lecteur de CD. Je n’ai pas le droit de me faire une cassette de mes morceaux favoris. C’est illégal. Je regarde mes cassettes vidéo. Je n’ai pas le droit de les copier. C’est illégal. Je regarde mes boîtes de disquettes qui contiennent des logiciels Microsoft que j’ai achetés. Eh bien, j’ai le droit de me faire des copies de sauvegarde, mais pas de les donner à mes amis. C’est illégal.

Ça me rend malade ! Quelle différence entre des logiciels, des CD, des cassettes vidéo et les livres que j’emprunte à la bibliothèque du quartier ? Tout cela est de l’information, grands dieux ! Le problème dans ce cas n’est pas l’information en elle-même. Le problème est que cette société m’a conditionné à croire qu’on avait le droit de posséder l’information, comme la terre ou l’argent, ou comme les Grecs ou les éleveurs de coton sudistes purent croire qu’on avait le droit de posséder DES GENS. Ils appelaient ça l’esclavage. Je réalise que je suis un esclave de la société qui contrôle l’information. Parce que c’est de cela dont il est question. De contrôle. Complet, absolu et indiscutable contrôle.

Je ne suis pas en train de vous dire que je veux que les lois sur les droits d’auteur soient remplacées par le chaos. Si je souhaitais le chaos, je serais une bête destructrice et pas un citoyen constructif. J’aime notre société, et je pense qu’elle est une des meilleures au monde. J’aime encore plus les communautés du cyberspace comme la Scène ou Usenet, parce qu’elles sont internationales et multiculturelles. C’est pourquoi je veux dire à la société qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Je veux souffler dans mon sifflet pendant qu’il est encore temps.

Je n’ai rien contre les compagnies de logiciels et je ne les hais pas. En fait, je veux qu’il existe des compagnies de logiciels. Ce que je n’aime pas, c’est la structure sociale et le cadre économique qui gouvernent les gens comme les entreprises, et auxquelles ils doivent obéir. Je crois les entreprises et les gens également prisonniers de ce système. Vous dîtes que quelqu’un doit payer. Pourquoi ? En quoi consiste ce paiement, de toute façon ? Qu’est-ce que le savoir « sous licence » et le savoir « dans le domaine public » ? Ou, pour utiliser le langage lui-même de l’autorité : en quoi consiste cette arnaque de la « propriété intellectuelle » autour de laquelle vous faites tant de bruit ? Quelle information ai-je le droit de posséder ? Quelle information ai-je le droit de transporter dans ma tête ?

Pour les partisans de l’économie post-moderne, la propriété et le droit sur l’information sont une religion. Ils suivent les dieux de l’économie et pensent qu’ils seront au paradis le jour où ils deviendront des yuppies avec la cravate et le costume. Pour eux, le gars qui mourra en laissant le plus de voitures et de gadgets électroniques derrière lui aura été le plus malin de la bande. Mon dieu, je déteste ces demi-dieux. Il n’y a rien qui ne soit de l’information, yuppies à la tête carrée. William Gibson a peut-être été le premier à le réaliser en 1982. Pourtant, bien peu de gens ont compris ce qu’il voulait vraiment dire. Peut-être n’en était-il pas tout à fait conscient lui-même ?

Le changement nécessaire dans cette société, c’est d’arracher le savoir du contrôle des grandes compagnies et de l’Etat pour le rendre aux gens à qui il appartient, faute de quoi le monde a toutes les chances de ressembler à celui que décrivait Gibson dans Neuromancien.

C’est pourquoi nous prenons le nom de cyberpunks. Nous sommes des hors la loi, branchés et connectés. Nous ferons naître une ère nouvelle. À nos yeux, l’information électronique n’est pas un symbole ou un statut, ou une façon de gagner de l’argent et la considération générale, mais une extension de l’esprit humain. C’est pourquoi Timothy Leary a appelé le micro-ordinateur le LSD des années quatre-vingt-dix – les ordinateurs semblent élargir le champ de vision des gens.

Nous ne voulons pas voler les entreprises. Diable non. Nous voulons juste qu’on nous rende nos droits de citoyens. Si je possède un bout d’information, je veux avoir le droit de le copier. Et si vous essayez de m’en empêcher, c’est sûr que je vais mordre. Ne touchez pas ma vie privée ! Foutez le camp de ma vie !

Mon idéologie brûle pour moi comme une lanterne dans la nuit. Ce n’est pas une idéologie de libéralisme, ni le socialisme, ni le conservatisme, ni le communisme ou toutes ces idéologies qu’on vous apprend à l’école. Mon idéologie s’appelle Cyberpunk.

Les maffias qui s’accaparent la terre, les pirates qui gagnent des fortunes en vendant des jeux à des pauvres dingues de l’ordinateur, ceux qui gagnent leur vie en parasites de la société, tous ceux-là, vous pouvez les pourchasser et les tuer si ça vous plaît. Personne ne les regrettera. Mais ne touchez pas les crackers et les swappers, car ceux-ci ne sont pas vos ennemis. Un vrai cyberpunk ne ferait jamais payer une information. Il échange seulement, et je pense qu’il en a le droit. D’autres ne le pensent pas.

Je ne veux pas détruire. Je veux créer.

Ainsi parlait King Fisher.


Pour l’étique du hack moderne, il est anonyme est on ne sait même pas de quel langue il a été traduit. Si quelqu'un a des infos, je suis preneur !

Je suis aussi actuellement a la recherche d'autres textes de ce genre écrit pas des hackers ou des informaticiens parlant comme ça, si d'autres personnes ont leurs sources et voudrais bien nous la partager !

Ce débat, servirais pour nous a aussi parler de la corruption des gouvernements mais attention, en aucun cas de technique de hack pour nous apprendre a aller hacker le méchant voisin ou le pas beau covenante qui se trouve là-bas.

J'espère vous avoir fait découvrir ou re-découvrir ces textes.


--------------------
"La conscience d’un hacker



Tu peux parier, y’a pas à tortiller, qu’on est tous pareils... à l’école, on nous nourrissait à la petite cuillère de blédine pour bébé alors que nous avions faim de steak... les bouts de viande que vous nous refiliez étaient pré-mâchés et sans goût. Nous avons été dominés pas des sadiques, ou ignorés par des apathiques. Les quelques-uns qui avaient quelque chose à nous apprendre trouvaient en nous des élèves pleins de bonne volonté, mais ce petit-nombre là, c’était comme des gouttes d’eau dans le désert.

Voici notre monde maintenant... le monde de l’électron et de l’interrupteur, la beauté du bit. Nous utilisons un service déjà existant sans payer pour ce qui pourrait valoir des clopinettes si ce n’était pas administré par des gloutons profiteurs, et vous nous traitez de criminels. Nous explorons... et vous nous traitez de criminels. Nous cherchons le savoir... et vous nous traitez de criminels. Nous existons sans couleur de la peau, sans nationalité, sans parti pris religieux... et vous nous traitez de criminels. Vous construisez des bombes atomiques, vous faites la guerre, vous tuez, vous trompez et vous nous mentez et vous tentez de nous faire croire que c’est pour notre bien, mais c’est nous les criminels."




Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kaptain Ben117
posté Dec 4 2011, 10:27
Message #2


Caporal Grade 1
Icône de groupe
Groupe : Membre
Messages : 43
Lieu : Limoges

Gamertag : Kaptain Ben117



Tellement vrai... tellement juste tout ça.

J'ai pas trop envie de m'engager dans un débat politique ou philosophique mais je pense que ces gars ont tout à fait raison.
Merci de nous avoir fait partager ces textes Hironos !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Benjygamerx
posté Dec 4 2011, 17:24
Message #3


Ghostbuster
Icône de groupe
Groupe : Membre
Messages : 248
Lieu : Paris




J'ai trouvé ces trois textes très intéressants.
N'étant pas un hacker, je préfère rester hors du débat. Même si je pense que ça risque d'être fort intéressant.

Merci pour ces textes Hironos.


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Feuershark
posté Dec 4 2011, 19:46
Message #4


Pas taper moi :(
Icône de groupe
Groupe : Membre
Messages : 1,816
Lieu : Paris 9ème

Gamertag : Feuershark



Pareille.


--------------------
La manette c'est comme la raison : si on la perd, on peut plus jouer...
WHO DARE WIN !

We need YOU for the brainless team !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Psychic TV
posté Dec 6 2011, 16:48
Message #5


-Compte en attente de Suppression-
Icône de groupe
Groupe : Membre
Messages : 1,723




Etant en cours là, ai pas le temps de lire, je lirai ce soir, mais j'ai survolé le début du 1er texte, ça m'a fait penser au film "The Prodigies"

Mais Hironos, attends toi d'ici ce soir a recevoir mon opinion, voulant moi même m'intéresser au hacking. Ce débat pourrait être intéressant, étant donné que quelques membres du staff s'y conaissent bien niveau informatique (ZeNy entre autres)


--------------------

Go to the top of the page
 
+Quote Post
Hironos
posté Dec 6 2011, 17:03
Message #6


Le seigneur des spartans !
Icône de groupe
Groupe : Membre
Messages : 66
Lieu : Nord, 59

Gamertag : Legend Hironos



Je suis presser de recevoir ton opinion, j'ai pas vue The prodigies...

Mais je m'intéresse moi aussi a l'informatique et je pense que ça pourrais être un très bon débat.


--------------------
"La conscience d’un hacker



Tu peux parier, y’a pas à tortiller, qu’on est tous pareils... à l’école, on nous nourrissait à la petite cuillère de blédine pour bébé alors que nous avions faim de steak... les bouts de viande que vous nous refiliez étaient pré-mâchés et sans goût. Nous avons été dominés pas des sadiques, ou ignorés par des apathiques. Les quelques-uns qui avaient quelque chose à nous apprendre trouvaient en nous des élèves pleins de bonne volonté, mais ce petit-nombre là, c’était comme des gouttes d’eau dans le désert.

Voici notre monde maintenant... le monde de l’électron et de l’interrupteur, la beauté du bit. Nous utilisons un service déjà existant sans payer pour ce qui pourrait valoir des clopinettes si ce n’était pas administré par des gloutons profiteurs, et vous nous traitez de criminels. Nous explorons... et vous nous traitez de criminels. Nous cherchons le savoir... et vous nous traitez de criminels. Nous existons sans couleur de la peau, sans nationalité, sans parti pris religieux... et vous nous traitez de criminels. Vous construisez des bombes atomiques, vous faites la guerre, vous tuez, vous trompez et vous nous mentez et vous tentez de nous faire croire que c’est pour notre bien, mais c’est nous les criminels."




Go to the top of the page
 
+Quote Post
Psychic TV
posté Dec 6 2011, 17:45
Message #7


-Compte en attente de Suppression-
Icône de groupe
Groupe : Membre
Messages : 1,723




Bon bah voila,j'ai lu les trois textes.

Déja, le tout premier prend le hacker comme le paria d'une bonne société de moutons ou on nous a carrément tous institués à la meme école,ce qui est très loin d'une fiction. Et c'est vrai que le dernier paragraphe est vrai de sens, quand on voit les scandales politiques plus ou moins révélés, les marchands de mort qui fricotent avec de grands pontes (Copé,si tu nous entends). L'auteur prend quand même une tournure d'asocial,mais c'est pas lui qui s'est donné cette étiquette. c'est la société qui en fait un criminel par son aspect asocial.
Pour le second Texte, cela revient sur le terme de hacker, qui veut cette fois créer une oeuvre,utiliser un outil pour répandre l'information tenue secrète,sur un petit fond de liberté d'expression. C'est vrai que les hackers bénéficient d'une image péjorative, mais quand on voit par exemple les Anonymous pour Op SafeKids qui ont fait un raid sur un serveur Pédophile...j'approuve. Car là,même si c'est pas une oeuvre de partage d'information (Même si l'opération pour soutenir le maintien d'Internet lors du printemps Révolutionnaire Arabe peut entrer dans cette catégorie), c'est une action contre un crime, certes une action privée (ce qui est punissable en soi) mais une action moralement juste.
Bizarrement,cela n'a pas remonté leur notoriété,mais pour tout le reste, les médias ses sont emparés du sujet médiatique pour en faire grosso modo une association de parias geeks qui agissent comme des cybercriminels notoires avec une étiquette de criminels cachés agissant dans l'ombre. Et c'est comme ça qu'on imputé a tort le hack de Sony a ces personnes sans preuves matérielles.
Le troisième texte revient encore sur cette idée de partage d'information,je me répèterai pas.

En définitive, ce que tu donnes comme texte tient a montrer le hacker comme un activiste pour la liberté d'expression. C'est pas faux en soi, mais le terme serait trop large : Personnellement,je conçois un hacker comme une personne manipulant plus ou moins frauduleusement les sécurités informatiques pour agir dans ses intérets, bons ou mauvais. Après, un "mauvais" hacker peut passer "bon" hacker (Théorie du corsaire employée chez Microsoft entre autres, Sony aurait du faire de même avec GeoHot au passage), mais ils ne sont pas tous bons.

Regardez un stalker sur Facebook qui voudrait accumuler les coordonnés trouvés sur Facebook d'une personne (Photos, vidéos, adresse). supposons qu'il mette ça en ligne, procès,etc. Comment saurait il être accusé de hacking s'il a pris ce qui était posté sur ce site (car chacun est responsable de ce qu'il met sur ce site) et qu'il s'est servi allègrement ? C'est une question que je me pose, et qui m'intéresse, serait t-il un hacker ? En se servant pas d'un service comme il faut,est-il un hacker ?

Pour la transmission de l'information/culture et tout ce qui s'ensuit, je pense que le terme hacker n'est pas très adéquat : Il est vrai que les N.T.I.C ont beaucoup aidé a véhiculer l'information, mais certains ont toujours voulu foutre des bâtons dans les roues (Hadopi ?), et y'aura toujours une tentative des médias de vouloir tout contrôler. Mais il devrait y avoir certaines limites a fixer aux civils / dirigeants politiques, sans que l'un soit plus fort que l'autre. Malheureusement, le duel est loin d'être gagné, et les politiques sont au service.

P.S : Le passage avec les jeunes filles qui sortent en boite et regardent de haut leur insouciante, j'ai aimé ce petit passage qui a esquissé un sourire sur mes travaux personnels : Mais je taierai une fois de plus ma haine de notre génération qui est hors-sujet ici. Faites le rapprochement avec ce que j'ai dit sur Facebook....


--------------------

Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



- Version bas débit Nous sommes le : 22nd October 2014 - 02:36